28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 21:19


Les Celtes, peuplades de l'Est de l'Europe envahirent par la suite nos contrées : Ils étaient divisés en peuplades et en tribus : Les Séquanes (Gaulois) s'établirent vers le IVe siècle avant Jésus-Christ dans notre région qui devint la Séquanie. Aucun vestige gaulois n'a été décelé à ce jour sur le territoire de BRUSSEY.

"Notons que la source qui se trouve à proximité du village s'appelle "La Douin", nom d'origine celtique, qui devait signifier "source sacrée".

A été trouvée dans la rivière : une pointe de lance en fer qui parait dater de l'époque gauloise : Mais s'agit-il d'une arme possédée par un habitant des lieux ou échappée à un navigateur, ou même perdue par un voyageur traversant la rivière ? Cela restera une énigme...


A gauche, n°1 : Pointe de javelot en bronze (âge du bronze final)
A droite, n°2 : Pointe de lance en fer (époque gauloise)
Source : R. MONET


En guerre contre la plupart de leurs voisins, comme la plupart des tribus gauloises, les Séquanes se font aider par les Suèves (peuple germain) pour battre les Eduens (région du Morvan).  Arioviste, le chef des Suèves, en profite pour s'installer en Séquanie. Les Séquanes et les Eduens, enfin réconciliés, font appel aux Romains pour chasser Arioviste. Jules César réussit à refouler Arioviste de l'autre côté du Rhin, mais, à son tour, il s'installe en Gaule. Les Séquanes rallient alors Vercingétorix, chef Gaulois, dans l'espoir de chasser Jules César. Mais Vercingétorix fut vaincu à Alesia par César qui occupa toute la Gaule (52 avant J.-C.).

Plusieurs théories s'affrontent pour situer géographiquement Alesia :
- version officiellement admise : l'oppidum d'Alesia  se situait à Alise-Sainte-Reine, en Auxois,
- version longtemps soutenue par des archéologues renommés : il se serait situé à Alaise, non loin d'Amancey dans le Doubs. Voir :
          - J. QUICHERAT, La question d'Alésia (1858),
          - G. COLOMB, L'énigme d'Alésia (1922) et La bataille d'Alésia (1950),
          - A. DELACROIX, Alésia (1944)...


Carte extraite de l'étude : "Alaise et le Moniteur" par A. DELACROIX (1864)


Ruines Gallo-romaines de Champ Paul :

"Sur le plateau dominant la Vallée de l'Ognon, vis-à-vis du village actuel de RUFFEY-LE-CHATEAU, au lieu-dit "Champ Paul", le sol apparaît encore jonché de morceaux de tuiles épaisses indubitablement d'origine gallo-romaines : tuiles courbes (tegulae) et tuiles à crochet (imbrices)."  (Robert MONET)

Ce nom s'écrivait jadis "Champol" : "Les ruines rendent le sol aride et pierreux ; les cantons où elles (les tuiles) se rencontrent se nomment souvent : Champagne, Champagnole... Est-ce une origine possible du "Champol" ?" (Ed. CLERC)

"Mais c'est surtout au moment des récoltes, dans les années sèches, qu'apparaissent sur le sol des lignes de moindre végétation dessinant plus ou moins les plans d'anciennes habitations. Des taches blanchâtres assez caractéristiques se manifestent sur la carte de l'Institut Géographique National (IGN), dressée par photographie aérienne" (Robert MONNET)

"A l'autre extrémité du territoire de BRUSSEY, sur les confins de Beaumotte, (aux lieux-dits "Les Longs Champs" sur BRUSSEY et "Les Gravières" sur Beaumotte), on rencontre de semblables vestiges gallo-romains : briques, tuiles, traces de murs. Mais ici les archéologues ont de longtemps manifesté leur intérêt." (Robert MONNET)

"Sur le penchant d'une colline, restes (aujourd'hui recouverts de terre) de constructions qui étaient solidement établies et dont les mortiers ont conservé une force d'adhérence remarquable. La superficie des ruines est d'environ 10.000 m2 ; elles caractérisent l'emplacement d'une splendide résidence de l'époque gallo-romaine..." (A. CASTAN, 1880)

"Si aucun vestige de construction gallo-romaine n'a été mis à jour dans l'agglomération de BRUSSEY, on ne peut s'empêcher de reconnaître que le nom même du pays indique une origine gallo-romaine. Ce nom s'est écrit "BRUCEY" jusqu'au XVIIe siècle et comme on le verra plus loin, les moines du moyen-âge l'écrivaient encore "BRUCIACUM". On peut donc penser qu'à l'époque gallo-romaine le propriétaire du domaine de BRUCIACUM était un certain Brucius ou Brutius ou peut-être même Brutus. Etait-ce un colon romain ? Etait-ce un riche gaulois romanisé ? Nous ne le saurons jamais, pas plus que nous ne connaîtrons l'origine de Ruffus, le propriétaire de Ruffiacum qui a donné son nom à Ruffey-le-Château (Doubs)." (R. MONET)

L'OPPIDUM RUFFIACUM :

Ruffiacum aurrait été selon les historiens une ville assez importante : Sur l'emplacement actuel de Ruffey-le-Château, se serait dressé un oppidum gaulois, puis gallo-romain. Les populations des environs venaient s'y réfugier en cas de danger.

LE PONT RELIANT BRUCIACUM à RUFFIACUM :

On peut aisément imaginer que les habitants de la rive droite de l'Ognon (BRUCIACUM) se rendaient également à Ruffiacum, d'autant plus qu'un pont existait et reliait les deux rives, au pied de l'oppidum.


Carte de la Franche-Comté à l'époque romaine (établie en 1847)
Extrait de "La Franche-Comté à l'époque romaine représentée par ses ruines" de E. CLERC (1853)


"Dans les périodes où les eaux sont basses, on peut encore apercevoir, dans le lit de la rivière, les pierres massives d'un ouvrage à deux arches dont la pile centrale devait être fondée sur une petite île. Au débouché de l'ancien pont, sur la rive opposée, le lieu-dit s'appelle "Devant le pont" et le territoire de la commune de Ruffey déborde largement sur cette rive alors que le cours de l'Ognon trace généralement la limite des deux départements de la Haute-Saône et du Doubs" (R. MONET, Histoire de Brussey, 1966)

Partager cet article

Repost 0
Published by Eilvys70
commenter cet article

commentaires

Fabien 08/07/2015 13:03

Bonjour,
une petite rectification à propos de la situation d'Alésia : s'il a été mainte fois prouvé que ce site n'est absolument pas situé là où les officiels de mauvaise foi depuis Napoléon III préfèreraient qu'il soit (à savoir Alise-St-Reine chez les éduens), il a été aussi prouvé qu'il n'est pas à Alaise dans le Doubs. Dans un pur esprit de recherche de la Vérité, sans querelles de clochers, je conseille à vos visiteurs intéressés par le sujet de se pencher sur les ouvrages de A. Berthier et/ou D. Porte ou d'aller jeter un coup d’œil sur http://archeojurasites.org/... Bonne visite au pays des Séquanes et des Mandubiens !

detect'or 15/04/2014 15:43

a propos du site des champ Paul , j ai une info , sur le site de cette pars urbana , etait avant un site gaulois , prouvé par la decouverte de potin turonos cantorix ( -30 av jc ) et d apres la rouelle a 6 batons en argent , cela permet me semble t il de repondre a la question , ce Brutus ...de Brucey etait un aristocrate gaulois romanisé !!!

Service régional de l'archéologie 12/05/2014 07:49

La prospection sur un site archéologique à l'aide d'un détecteur à métaux est interdite et puni par la loi (code du patrimoine, livre V, art L.544-1.
De plus le propriétaire du terrain qui autoriserait un prospecteur non autorisé par l'état à pratiquer la détection peu être aussi poursuivi.

BIENVENUE A BRUSSEY...

PETIT VILLAGE DE LA VALLEE DE L'OGNON

 

 

 

Coucou... 

Je suis à droite sur la photo :

 

 

LE BLOG SUR VOTRE MOBILE :

Ce blog est optimisé pour une consultation sur smartphone :

http://brussey.over-blog.com/m/

 

 

POUR ME CONTACTER : 

brussey@franc-comtois.fr

 

 

MON AUTRE BLOG :

LE BLOG D EILVYS70

franc-comtois.fr

 

 

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK :

Brussey, centre du monde !

 

 

">

Recherche Dans Le Blog

Brussey Mode D'emploi

PERSONNALITES

Alcime RENAUDOT

 

">

VENIR A BRUSSEY
 
MAISON DE LA NATURE
 
 
L ANE
 
 
LE CLOS, chez Christiane et Didier
LE CLOS
 
(Clic sur les photos pour suivre les liens)
">